Enfance
contact

1917

  Naissance, le 8 mars, au 1 rue de la Tannerie, à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme. Fils unique de Gaston Mathieu et de Marie Clotilde Bernard.

Dans les bras de sa maman, le 4.6.1917

"Une maman qui vous a "élevé", au sens le plus noble de ce mot, attentive à vos camarades et à vos lectures, vous prêchant par son exemple autant que par le parole la seule façon dont vous deviez envisager la vie. Et votre père? C'était la droiture même. Il vous a laissé le souvenir de son travail, de sa ténacité, de sa force à surmonter la douleur physique qui le tenaillait. Plus que cela, il vous a laissé le souvenir de son idéal de Chrétien et de Français."
Abbé ROCHE
Allocution prononcée lors du mariage de M.A.Mathieu et de Mlle M.Desmoulin.

  Son père, natif de Sainte-Florine (Haute-Loire), travaille au siège des Usines Michelin, à Clermont, en qualité d'ingénieur.

Gaston Mathieu, un esprit cartésien et une âme d'artiste: peintre, photographe et graveur sur cuivre.

  1917, année décisive: c'est l'entrée en guerre de États-Unis, le désastre du Chemin des Dames; ce sont les mutineries sur le front et les grèves ouvrières à l'arrière, Nivelle relevé de son commandement et remplacé par Pétain, l'heure du redressement avec les victoires de Verdun, en juillet et de la Malmaison, en octobre, Clémenceau appelé à la présidence du Conseil. "La guerre est notre mère", cette assertion de Ernst Jünger allait répondre à la destinée d'André Mathieu ainsi qu'à celle de ses camarades de la promotion qui assumera le terrible et glorieux héritage en choisissant de s'appeler Marne et Verdun. Née dans et avec la Grande Guerre, puis éduquée dans son souvenir et le culte des "poilus de 14".

Défilé, à Clermont, des troupes américaines à l'occasion de l'Independance Day, le 4.7.1918
Clermont fête ses poilus et son armée victorieuse lors de la revue du 14 juillet 1919
Défilé des canons 155
et des canons 75 sur camions

"Élevé dans une famille dont le sens de l'honneur et de l'amour de son pays est très vivace; motivé par le désir de servir au sens le plus élévé du terme."
André MATHIEU
Notes personnelles

1920

“Dédé” au Parc Bargoin de Clermont, le 18.9.1920

1921

Déjà porte-drapeau à 4 ans, avec pour arme de
prédilection
l'artillerie!

Le photographe photographié, le 6.8.1921
Inventé par les frères Michelin, le pneu démontable: un jeu d'enfant! le 20.8.1921

1922

À Marseille, lors de L'Expostion coloniale, devant la basilique de Notre- Dame- de- la- Garde, le 17.5.1922.
Au Palais Lonchamp, le 18.5.1922
Et au Palais de L'Algérie de L'Exposition coloniale, le 7.6.1922

1923

Sa première passion, le meccano, le 28.1.1923
"Dédé" et sa maman à Clermont, le 5.8.1923

  Appelé à des fonctions commerciales au sein de l'entreprise auvergnate de pneumatiques, son père doit séjourner en Égypte afin de négocier l'achat du coton. Voyages prémonitoires pour l'enfant, qui, dans sa vie future sous l'uniforme, devra se rendre sur des théâtres d'opérations situés hors de la Mère patrie ou répondre à d'incessantes mutations!


Départ pour le 1er séjour en Égypte

  Arrivée à Alexandrie, le 17 septembre:

À Alexanrie, villa "Bonnard" au Sporting-Club", le 5.11.1923
Au jardin "Mouzah" d'Alexandrie, le 25.11.1923
À Alexandrie, La colonne "Pompée", le 9.12.1923
Au crépuscule, parmi les sphinx de la colonne "Pompée", le 9.12.1923
Au Caire, la fontaine à ablutions de la mosquée "Mohamed-Ali", le 23.12.1923

 

Avec ses parents, devant les Pyramides de Gizèh, le Sphinx et la Pyramide de Kheops, la Pyramides de Khephren et sur les confins du désert de Lybie, le 24.12.1923

À Héliopolis, devant le Palais du Sultan Hassan, le 25.12.1923

1924

Au côté de ses parents, villa"Bonnard", le 16.3.1924

Pesage de shourchs de coton, le 17.3.1924
Une farfara de coton, le 20.3.1924

Vacances en France
À bord du "Sphinx", le 12.4.1924

 

Près d'une noria à Balaqtar, le 9.10.1924

La cueillette du coton, octobre 1924
Son père (à droite) supervisant un chargement de coton à bord du "Gal Metzinger", à Alexandrie, le 23.10.1924
Chargement de coton sur leCanal Mamhoudieh, le 7.12.1924

1925

Nouveau départ pour Alexandrie

Près d'Alexandrie, à "Sidi-bish", le 27.9.1925
et aux "Rochers du Diable", le 27.9.1925
Devant le Colosse de Ramsès Memphis aux environs de Bredrechen, le 26.12.1925

1926

Sa maman, telle une héroïne de Pierre Loti, le 24.1.1926
L'amie égyptienne, Aziza-Zaccharia, le 7.2.1926

Petit garçon féru de meccano, le 22.2.1926

Collation sur la route de Damanhour, à la gauche de André son oncle Antoine, le 14.4.1926.

1927

Liste des passagers sur le paquebot "Champollion", Marseille-Alexandrie le 8.3.1927

 Gaston remit sa démission à l'Usine Michelin le 28 février 1927 et devint, en mars de la même année, fondé de pouvoirs de la société d'exportation de coton HIRTZEL & COMPANY, dont le siège était à Alexandrie.

  C'est à Alexandrie, où il habite sur le boulevard Sultan Hussein de 1927 à 1929, qu'il poursuit sa primaire chez les Frères des écoles chrétiennes, au collège Saint-Louis, succursale du collège Saint-Marc,

Collège Saint-Louis

puis sur le site du collège Saint-Marc où il entamera ses études secondaires jusqu'à la classe de 4e.

Collège Saint-Marc

  Le 8 mai, il fait sa communion solennelle en la chapelle des Frères:

1929

Collège Saint-Marc, réception du Consul de France Girieux, le 23.4.1929

Son père, à son bureau de travail, à Alexandrie

  Le contrat qui liait son père à Hirtzel & Company est résilié le 19 avril 1929 consécutivement à la faillite de la dite société.Toute la famille devra regagner la France à la fin de l'année scolaire.

Petit prince du Désert arabique, émule du colonel Lawrence, à bord du paquebot s/s "Canada" le 3.9.1929
  À quoi peut songer André? Vers quelles contrées lointaines, orientales ou africaines, vers quelles "terres de soleil et de sommeil", pour paraphraser Psichari, son imagination le porte-t-elle? En 1929, Laurence d'Arabie est entré dans la légende. Les aventures du mythique sujet de la couronne britannique seraient-elles parvenues aux oreilles du petit garçon? Connaît-il davantage la geste algérienne d'un de ces modèles vivants qui inspireront le créateur du lieutenant Charles Saganne, combattant avec ses soldats à un contre trois et mettant en fuite, dans les sables blancs d'Essèyne, les guerriers du chef Sultan Ahmoud? Ou un de ces modèles vivants comme le capitaine Henry de Bournazel, "l'homme rouge" du Maroc qui sera mortellement blessé à la tête de ses goums en 1933, lors de l'assaut du fortin Bour Gafer dans le Djebel Saghro.

  Ses rêves ne l'entraineraient-ils pas plus volontiers sur les traces de son cousin Camille... Aux confins du Sud tunisien, par-delà le bled désertique de Tataouine, à Bir Kécira, le capitaine Mathieu commande alors le poste fortifié de Bordj Le Bœuf. Dans son ouvrage Le Bataillon de la mauvaise chance publié en 1933, l'écrivain Pierre Mac Orlan campe la silhouette altière de l'officier saharien Camille Mathieu:

“Il portait le costume blanc des officiers méharistes, les larges sarouels. À ses pieds nus étaient nouées les "nails" réglementaires des méharistes qui sont des sandales comme en portent les moines déchaux. Il était grand et net.”

  Après 1956, Bordj Le Bœuf prend le nom, République tunisienne oblige, de Bordj Bourguiba. Pour la petite et la grande histoire, rappelons que la Tunisie est, dans l'entre-deux-guerres un protectorat français. Jeune avocat, Habib Bourguiba milite pour la cause indépendantiste à la tête du parti qu'il a fondé, le Néo-Destour, dont les activités subversives conduiront à son arrestation, en 1934. Il sera incontinent exilé à Bordj Le Bœuf avec pour geôlier...le capitaine Mathieu.

  En souvenir de celui que certains officiers de l'Armée d'Afrique appelaient " le Bournazel de Tunisie", un nouveau poste militaire portant son non fut construit à Rémada, dans le Djebel Dahar où le capitaine “Cam” avait servi durant près de deux décennies. ,

Inauguration du Bordj Mathieu le 24.5.1951


  De retour d'Égypte, son père se rend acquéreur d'un fonds de commerce de Reliure, Registres et Cartonnages. Sise au 43 rue des Jacobins, à Clermont, la petite entreprise emploie une vingtaine d'ouvriers et d'ouvrières et sera dirigée par ses soins jusqu'à sa mort .

1930

  André fait toutes ses études secondaires au Pensionnat Godefroy de Bouillon à Clermont. (Soixante-cinq ans après, son petit-fils Thibaut, alto parmi les Choeurs d'Enfants de Bretagne, y sera hébergé avec la Maîtrise de la Cathédrale de Rennes dans le cadre de deux concerts donnés en terre auvergnate).

Le monument aux morts du pensionnat Godefroy de Bouillon.

1933


Rompu à l'exercice depuis son plus jeune âge, le jeune homme se prête de bonne grâce à l'objectif paternel, le 24.9.1933

1934

  Il passe avec succès les deux baccalauréats en vigueur à l'époque, Math élèm. et Philo, afin d'engranger le plus de points possible en vue du concours d'entrée à l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr.

  Le 7 juillet se déroule, à Godefroy, la traditionnelle distribution des prix sous la présidence de S.E. Monseigneur Piguet, évêque de Clermont (qui sera, au cours de la guerre 39-45, le seul évêque français déporté; dans le camp de concentration de Dachau). Prix accessits et billets d'honneur viennent couronner l'excellent travail fourni par André: en physique, géométrie descriptive, cosmographie, dissertation et philosophie notamment.

  C'est le temps des conversations sérieuses avec son cousin, le méhariste, sur le métier des armes. S'éclaire et se dessine sa vocation, l'Idéal d'une vie: il embrassera la carrière militaire, il se fera soldat, il sera officier.
Avec le “Capitaine Cam” en permission, le 24.9.1934.

 

 

 

 

 


Retour haut de page